Catégories
Acteurs

Babeth Mangas : « Aller dans le sens de l’autonomie et de la responsabilité »

Comment as-tu découvert la monnaie libre et qu’est ce qui t’a poussé à t’y engager ainsi ?

« J’ai découvert la June au festival « Terre de Convergence » dans les Cévennes lors de l’été 2019, juste avant notre arrivée à la Réunion. Comme je travaille depuis de nombreuses années sur les alternatives, j’ai été enchantée de découvrir cette monnaie, qui avait une portée bien plus vaste que toutes celles que j’avais expérimenté auparavant. Déjà, je n’avais pas besoin d’euro pour avoir de la June et il ne s’agissait pas d’une monnaie locale, ce qui me permettait de l’utiliser partout où je passerai. De plus, le fonctionnement était basé sur un calcul mathématique vérifiable, une comptabilité en toute transparence associée à une philosophie dont l’éthique me correspond totalement, l’équité spatio-temporelle, qui projette son utilisation au-delà des frontières et des générations. Je suis une personne investie pour le changement de paradigme et là, l’occasion était trop belle pour ne pas la saisir. J’en suis toujours autant satisfaite aujourd’hui. »

Toi et ta petite famille nomade avez joué un rôle important dans le développement de la june à la Réunion, aujourd’hui vous êtes repartis en métropole, quel bilan faites-vous de ces 2/3 années au niveau de la monnaie libre ?

« Cela a été pour nous une belle opportunité de rencontrer des gens en recherche d’alternatives, comme nous. Nous sommes plus que satisfaits du nombre d’utilisateurs que notre diffusion a généré, et ravis que le processus se poursuive et se solidifie. Évidemment, nous en sommes encore à la phase expérimentale, je ne manquerai donc pas de suivre les évolutions de la June version 974, aussi bien pour l’analyse sur le long terme que pour le côté purement amical que nous avons particulièrement apprécié. J’ai très peu de recul, car notre retour en métropole est récent, mais je ne manquerai pas de refaire un point bientôt pour comparer le développement avec ce qui se passe dans la région du Gard où je me trouve actuellement. »

Peux-tu me citer les trucs les plus fous que tu as vécus ici ?

« Grâce à la June, j’ai non seulement pu participer à des rencontres inoubliables qui ont créé des liens très forts, mais j’ai aussi bénéficié de massages absolument divins, j’ai pu offrir des vacances à mes enfants et petits enfants, j’ai acheté une baignoire d’angle jacuzzi alors que je vivais en camion, avec Frantz mon compagnon et Léna notre fille, nous avons pu faire une balade en bateau au cours de laquelle j’ai eu la chance de nager avec des dauphins … »

Vous avez organisé un séjour pour votre famille. Qu’avez-vous pu faire en monnaie libre ? Quelles difficultés avez-vous rencontré ?

« Les enfants ont été comblés par leur aventure Réunionnaise mais également par la formule monnaie libriste, car je n’aurais pas pu me permettre de les faire profiter autant dans le contexte de l’euro. Vivant déjà à trois dans un petit fourgon, nous n’avions pas la possibilité de loger quatre personnes. Nous avons pu louer divers hébergements sur différentes zones de l’île, des repas créoles accompagnés de maloya, de la rando et autres visites touristiques, du matériel de plage, une journée brunch au bord de la piscine dans une superbe villa, une soirée orientale avec couscous et ambiance, des vols en parapente, les portraits de la famille par une talentueuse artiste locale… Seul manque qui aurait pu rendre le séjour galère, nous n’avons pas trouvé de véhicule à louer en junes, mais nous nous sommes arrangé avec un ami, qui a été au top et qui nous a accompagné pendant tout le périple. »

Quelles sont les pistes que tu vois pour le développement de la june à la Réunion ?

« Permettre d’aller dans le sens de « l’autonomie et la responsabilité » est un crédo que je porte avec passion et il y a encore grand à faire avant d’aboutir. Le fait de cibler les besoins des utilisateurs et de tenter de les combler avec la monnaie libre est une belle optique. Je vois bien entendu l’alimentation, l’éducation et l’habitat mais également la santé, l’art et la culture (5 des pôles d’activité du projet R.E.V.E.S. que j’ai initié et que je porte depuis 15 ans). Je vois aussi une diffusion progressive sur les îles voisines, la Réunion comme un socle central de promotion et de formation de la monnaie libre au cœur de l’Océan Indien. Des supports de communication plus proches de la culture créole ainsi qu’un annuaire ML974 faisaient partie des objectifs que je m’étais fixé, mais je n’ai pas eu le temps de les concrétiser. Le relais est en place avec toutes les belles énergies qui s’engagent dans cette démarche et je souhaite plein de réussite à la June réunionnaise. »

Est-ce qu’on a des chances de vous recroiser prochainement à la Réunion ?

« Nous avions projeté d’expérimenter la vie sur l’Île durant 2/3 ans et nous avons relevé le défi. Nous avons été très contents de cette aventure mais le monde est vaste et il y a encore tellement d’endroits à visiter. Nous ne savons pas si nous aurons l’occasion de revenir mais rien ne dit non plus que ça ne sera pas le cas, je ne me projette pas encore sur notre prochaine destination. Nous aimerions à présent trouver notre refuge, un bout de terre où planter nos racines et nous avons décidé pour cela de nous rapprocher de notre famille qui vit en métropole. Une fois que notre petit nid douillet sera opérationnel et que nous aurons un lieu où accueillir nos vieux jours, nous pourrons à nouveau nous imaginer en route pour de nouveaux voyages. Et qui sait, peut être passerons-nous par la Réunion. »

Propos recueillis le 30 mars 2022 par Sébastian A.

Catégories
Acteurs

Entretien avec Stéphane Laborde, inventeur de la monnaie libre

« Le développement de la monnaie libre Ğ1 témoigne d’un intérêt certain d’êtres humains ayant compris la dangerosité d’utilisation des monnaies non-libres (à création asymétrique dans l’espace et/ou dans le temps), et la volonté de tester effectivement et en pratique, immédiatement et sans attendre, la souveraineté individuelle et collective qui consiste à choisir une unité de mesure économique symétrique dans l’espace-temps. Selon la Théorie Relative de la Monnaie, il faudra au minimum 1 à 3 générations humaines complètes pour en faire un premier bilan, soit entre 80 et 240 ans. 5 ans c’est donc le tout début, l’initialisation, et nous sommes encore loin d’avoir expérimenté une monnaie libre pleine (10 années de Dividendes Universels créés en moyenne par utilisateur).

Le grand projet à court terme, c’est la migration du cœur de la monnaie libre Duniter/Ğ1 actuellement écrit en NodeJS vers une version écrite en RUST/Substrate, qui devrait lui donner une robustesse tant au niveau du code que de la maintenance et des performances, à un niveau tout à fait considérable. »

Dans un contexte international de crise, comment la monnaie libre peut-elle participer à relocaliser les économies ?

« Le contexte international n’est pas plus en crise en 2022 qu’il ne l’était en 2008, en 2000, ou avant. Le contexte international est le reflet de l’utilisation généralisée de monnaies dettes. Telles causes ayant tels effets, on n’élimine les effets qu’en agissant sur les causes. Il ne sert donc à rien d’agir sur une mauvaise récolte, mais de préparer les futures récoltes, en sachant quelles graines on veut planter, pour récolter quels fruits, en choisissant très précisément et très méticuleusement les meilleures graines, tout en accompagnant leur croissance de soins et d’attentions pendant tout le temps du processus de la maturation jusqu’à la période où les fruits seront mûrs pour être récoltés. »

Tu participes au groupe Monnaie Libre LSF, d’où te vient cet intérêt pour la « culture sourde » ?

« Je n’y participe pas activement, mais j’y suis sensible. Je trouve que les sourds et malentendants font preuve de beaucoup d’intérêt et d’énergie pour la compréhension et le développement de la monnaie libre. C’est plutôt donc à eux qu’il faut s’adresser pour leur demander d’où leur vient cette attention particulière. »

Un message à adresser aux junistes de la Réunion ?

« Concernant la Réunion, je crois que c’est une expérience vraiment très intéressante de pouvoir tester la monnaie libre sur une île, territoire délimité, où peut-être on pourra observer le développement d’une économie nouvelle, libérée de l’asymétrie des dettes, à une échelle circonscrite où, peut-être, quelque chose va émerger de totalement nouveau. Sur mon site www.creationmonetaire.info j’ai produit un post il y a quelques années, où je rappelais que c’était un réunionnais Edmond Albius, esclave, qui avait mis au point le procédé d’extraction de la vanille, invention géniale qui ne lui a pas profité à la hauteur de son mérite certainement, vu son statut, et que d’autres avaient d’ailleurs essayé de lui en voler la paternité. Qui plus est l’île est liée au célèbre navigateur La Bourdonnais, dont le petit fils, Louis-Charles Mahé de La Bourdonnais est un célèbre joueur d’échecs français, considéré un temps comme le meilleur joueur du Monde après sa victoire en 1834 contre l’anglais McDonnell. C’est donc une île qui me fait des appels du pied depuis longtemps et j’espère pouvoir m’y rendre un jour, et qui sait, je pourrai peut-être y échanger alors en monnaie libre ! »

Propos recueillis le 20 mars 2022 par Sébastian A.
Tous nos remerciements à Stéphane Laborde pour sa disponibilité.

Catégories
Acteurs Initiatives

Jean-Noël Rouchon : Du matériel informatique en monnaie libre ? C’est possible !

Jean-Noël R., gérant de Mithril Informatique à St-Joseph : « Je gère une société de services informatique, je suis aussi utilisateur et développeur de logiciels libres depuis de nombreuses années, comme agritux, ou zourit… »

Comment avez-vous découvert la monnaie libre ?« C’est un collègue et ami, Philippe Vincent, qui m’en a parlé en premier. C’était en fin 2019. Ça a piqué ma curiosité et j’ai lu les articles du site et le forum de la monnaie libre où j’ai trouvé plein d’informations. J’ai vite été convaincu. Je suis membre cocréateur depuis janvier 2020. Puis Babeth est arrivée, et a donné une super dynamique à la June. J’en ai profité pour commencer à rencontrer du monde… »

Qu’est-ce que le nœud duniter Mithril.re ?« Notre société dispose de plusieurs serveurs pour héberger les sites et applications de nos clients. Nous avons décidé de dédier un petit morceau de serveur pour héberger un nœud duniter. Ce sont les nœuds duniter qui permettent de créer les blocs de la chaîne de bloc de la monnaie libre. Et comme nous sommes un peu loin du reste des nœuds (majoritairement en métropole), nous avons décidé que notre nœud duniter serait ouvert et permettrait aux utilisateurs de s’y connecter. Concrètement, si dans votre application june, cesium par exemple, vous paramétrez le nœud Ğ1.mithril.re, alors les requêtes que fera cesium pour interroger la chaîne de bloc arriveront sur notre serveur de St-Joseph et resteront à la Réunion. »

Que proposez-vous en monnaie libre ?« Nous avons essayé plusieurs modèles, mais pour le moment, nous nous sommes arrêtés sur cette idée : le matériel neuf que nous vendons en euros, peut être acheté en partie en june. Nous appliquons une règle simple : notre coût de revient est à payer en euro et la marge en june. De cette façon, on ne creuse pas trop notre compte en euros. Le matériel d’occasion, quand nous en avons, peut-être acheté intégralement en june. Les services peuvent être facturés intégralement en june. Nous proposons par exemple un abonnement annuel à Zourit, l’hébergement d’un logiciel de gestion, une réparation, etc. »

Avez-vous un message aux utilisateurs de la monnaie libre à La Réunion et à ceux qui hésitent encore à se lancer ? « Ça ne coûte rien d’essayer et ça permet de rencontrer plein de gens super 😉 »

On visite la boutique ? www.mithril.re

Propos recueillis le 15 mars 2022 par Sébastian A.

Catégories
Ğmarchés

dimanche 17 avril Ğmarché du sud sauvage

Venez vendre (et acheter) fruits et légumes, plants et semences, produits transformés, objets fait main ou d’occasion, proposer vos services, rencontrer les junistes 🙂
Présentation de la monnaie libre et aide à l’ouverture de compte
Gmarché de 9 h à 12 h
Repas partage
à la Kour des Miracles, 223 rue Edmond Albius, Bézaves à Saint-Joseph
Contact : 06 92 42 17 61

Catégories
Initiatives

La bibliothèque libre ? Kosala ?

Le but de la bibliothèque libre est de donner accès à des livres, sans avoir le fameux pass.
Beaucoup de personnes ont été privé de ce plaisir de lire ces derniers mois.

Myrtille Poulin témoigne :

« Le concept de la bibliothèque libre était déjà actif à Saint-Leu, avec le collectif des masques blancs, qui tenait cette bibliothèque une fois par mois sous les filaos, au bord de l’océan, à côté du marché de St leu. Ils ont décidé d’arrêter et souhaitaient que ce soit repris. J’ai eu envie de tenter cette aventure dans les Ğmarché et pourquoi pas aux abords du marché d’Étang-Salé les Bains. Ma première s’est déroulée au Ğmarché « Ligne des 400 » le dimanche 27 mars ».

La bibliothèque libre propose des livres pour enfants, des livres scolaires, des romans, de la bande dessinée, et plein d’autres surprises…
La bibliothèque libre sera présente au Ğmarché paysan de l’Entre-Tous le dimanche 17 avril prochain.

Catégories
Initiatives

samedi 30 avril : journée bien-être à l’espace Zazen (étang salé)

C’ est la journée faite vous du bien, rencontrez les junistes praticiens du bien Etre. Debut 9h. Mini conference sur les annales Akashiques avec chantal, la medecine decouvrez la medecine Ayurvedique avec celine, les bienfaits de la naturopathie avec karen ou encore la nutrition avec Andrée. L apres midi un atelier sur le féminin sacrée avec Mabel, nous aurons Michelle pour nous orienter sur les soins esséniens.

Des soins individuels sont proposés toute la journée et il aura également des stands de produits bien Etre.Il y aura aussi une mini restauration avec Joan , notre cuisinier hors pair, afin de se restaurer. Une présentation de la June de 10h à 12h par steve et un stand tenue par corinne pour des renseignements sur la june et les activités.
Praticiens du bien-être, si vous souhaitez participer à ce salon en JUNE contactez Gabrielle au 0693 631 005 Réservation sur place.

Catégories
Ğmarchés

dimanche 17 mars – Ğmarché paysan à l’Entre-Tous

À l’occasion de la journée internationale des luttes paysannes, nous proposons un Gmarché spécial alimentation avec des produits de la terre, de la mer, des produits transformés, directement du champ à l’assiette, avec les producteurs du réseau…8h30 accueil et installation des exposantsG-Marché de 9h à 12h3012h30 repas partage frais bio local maison uniquement11h30 échanges animés par Sébastian autour du thème : comment développer l’offre de produits alimentaires en monnaie libre ? avec quelques producteurs et productrices, 14h : Atelier d’initiation à la LSF uniquement sur inscription.16h Waki Brass band en concertet toute la matinée :
– Reparali café (avec les Bruno’s)
– Bibliothèque libre (avec Myrtille)ATELIER LSF : Le nombre de places étant limité, je vous invite à contacter par SMS de préférence @Francoise Bardet pour vous inscrire…
+262 692 50 54 12Initiation en famille, histoire racontée avec support livre, vocabulaire de base, jeux et réponses aux questions.
durée : 1h30
nombre de personnes : une quinzaine Participation à prix libre en june.
Suggestion : 100 à 150 junes.
L’Entre-Tous – 423 rue Jean Lauret – Entre-Deux
(15 minutes du centre de l’Entre-Deux)
+ d’infos : 06 93 85 92 95