Catégories
Acteurs

Philippe Vincent : « La Monnaie Libre : tentative rafraîchissante dans le domaine de l’économie et de la monnaie. »

Est-ce que tu peux te présenter et nous dire quand et comment tu as découvert la monnaie libre ?

« Je m’appelle Philippe Vincent, je suis artisan numérique et fervent adepte des logiciels libres. La première fois que j’ai entendu parler de la Monnaie Libre, c’est par l’intermédiaire de Stéphane Laborde qui avait présenté ce sujet dans le cadre des Rencontres Mondiales du Logiciel Libre à Strasbourg en 2011. À l’époque, il avait rédigé la première version de la Théorie Relative de la Monnaie (TRM) et venait vulgariser ses concepts à destination d’un public curieux. Cela m’avait interpellé, sans vraiment tout comprendre. En discutant avec lui, j’ai retenu qu’il cherchait des développeurs capables de l’aider à réaliser une première implémentation sous forme d’un outil numérique. Un logiciel sous licence libre évidemment ! N’ayant pas les compétences nécessaires, je suis resté en retrait, mais j’ai gardé un œil attentif et bienveillant à l’évolution de cet outil. Par la suite, en 2018, c’est sur Agoravox que j’ai regardé des petites vidéos qui montraient que ça devenait opérationnel et à la portée de tous, pas forcément des techniciens ou des grands théoriciens, je me suis alors ré-intéressé à cette expérimentation. Rapidement, en discutant et en trouvant quelques amis réunionnais également intéressés, j’ai pu faire le premier pas, c’est-à-dire créer mon compte portefeuille. Depuis lors, je continue à l’utiliser à intervalles réguliers et participe à la hauteur de mes moyens à quelques

Ğ-marchés. »

Tu animes un forum sur internet, peux-tu nous en parler et nous dire son lien avec la monnaie libre ?

« J’anime avec quelques autres membres un espace de discussion civilisée qui s’appelle Ronkozé.info. Celui-ci est destiné prioritairement aux réunionnais et a pour finalité de discuter autour du thème de la démocratie à l’échelle locale. Un peu un espace fourre-tout dans lequel on pourrait puiser les meilleures idées imaginées et commentées par les citoyens eux-mêmes. Toute solution qui a pour intention de redonner le pouvoir au peuple, l’aider à s’autonomiser, réfléchir, comprendre, débattre, a sa place sur Ronkozé. On essaye, un peu maladroitement, de trouver un lien à l’échelle locale afin d’ancrer ces idées au niveau du territoire réunionnais. Par conséquent, la Monnaie Libre, on en discute sur Ronkozé. Certains (la majorité) sont favorables, tandis que d’autres restent critiques et sceptiques. Le débat reste ouvert. »

Quel regard portes-tu sur le développement de la monnaie libre à la Réunion ?

« Un regard plutôt admiratif. J’ai l’impression que la Réunion est une région française relativement en avance sur ces questions. À l’échelle nationale, les membres junistes à la Réunion, nous représentons une part non négligeable. Je trouve cela très positif et encourageant pour la suite. Bien sûr, beaucoup de choses sont encore à faire. Il y a des difficultés, des solutions pragmatiques à trouver. Le plus dur reste à faire, c’est-à-dire réunir une masse critique de personnes (les junistes) afin de faire démarrer et vivre une véritable économie alternative et séparée de l’Euro. Se nourrir et faire vivre les agriculteurs me parait être la prochaine étape. Du concret. À l’instar des « utopies qui fonctionnent » tels que Wikipedia, OpenStreetMap ou Debian, et même l’esprit de recyclage, de bidouillage et de réparation de nos matériels défaillants, nous sentons collectivement une envie de se réapproprier nos outils au quotidien. Pour moi, l’expérimentation de la Monnaie Libre (la June) est une tentative rafraîchissante dans le domaine de l’économie et de la monnaie. On a tout à gagner à tenter l’expérience. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.